Caouënnec pendant la Révolution 


    La période de la Révolution française s’étend de l’ouverture des Etats Généraux en 1789 au coup d’état du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799).

    En 1789, le 10 avril, Tugdual Savidan et le Sieur Brichet sont les représentants de Caouënnec à l’assemblée de la sénéchaussée de Tréguier-Lannion chargée d’élire à Morlaix les députés du Tiers aux Etats Généraux. Parmi ces mandataires se trouve Mr Brichet, procureur au siège royal de Lannion1.

    Nous retrouverons ces deux représentants dans la vente des biens nationaux de Caouënnec.

    En 1789, le 19 décembre, un décret ordonne la vente des biens du Roi et des biens ecclésiastiques: ces biens nationaux sont dits de première catégorie2 3.

    Le département des Côtes du Nord est créé en janvier 17904.

    Caouënnec élit sa première municipalité en février5 17906 et devient commune.

    L’ordonnance des commissaires du Roi pour la formation du département des Côtes du Nord et les districts en dépendants inclut Caouënnec dans le District de Lannion et le Canton de Prat7.

    La Constitution Civile du Clergé est promulguée le 24 aout 17908 9.

    En 1791, Joseph Le Jannic, vicaire, signe à Caouënnec un dernier acte de baptême le 11 juin et un dernier acte de décès le 16 juin10, il n’est pas décédé à cette date contrairement à ce qui me semble écrit dans un livre11.

    Joseph Jannic aurait prêté le serment de la Constitution Civile du Clergé, prescrit par la loi du 26 novembre 179012 (et non pas le 27 décembre 179013 14); puis il aurait reçu l’institution canonique des mains de l’évêque Constitutionnel Jacob le 16 juin 1791 pour l’installer à Coatréven15.

    Le registre des décès de Caouënnec, à la date du 6 juillet 1791, comporte un acte de décès signé « Jh Jannic prêtre curé de Coatréven ».

    Curé de Coatréven, il y décède le 12 juin 1792; son acte de sépulture est rédigé entre deux actes signés de « François Lageat prêtre à Coatréven »16.

    « Au moment de sa mort Joseph Le Jannic appelle pour se confesser M.Lageat; ce dernier presse son confrère de se rétracter, promettant en cas de mort de venir l’enterrer au péril de sa vie. Le Jannic ne se rendit à aucune raison et mourut sans confession et fut enterré sans prêtre. Bien peu de fidèles dit-on assistèrent à ses funérailles 17».

    En 1791, les 5 et 19 juin, deux actes de baptêmes des registres paroissiaux (BMS) de Caouënnec sont signés « And. Le Gall vicaire à Cavan »18. Il s’agit très probablement de l’abbé André Le Gall, âgé de 35 ans, «découvert» caché, avec l’abbé François Lageat âgé de 31 ans, chez Ursule Terrier, épouse de Pierre Taupin, à Tréguier le 1er mai 1794. Ces prêtres réfractaires sont guillotinés, le 14 floréal an II (3 mai 1794)19, sur la place du Marchallach de Lannion, puis enterrés dans le cimetière de Saint-Nicolas à Lannion. L’abbé Urbain Onfroy de Kermoalquin aumônier de Crec’h-Avel (aujourd’hui Lycée Bossuet) transfère leurs reliques dans la chapelle de Crec’h-Avel en 185220. Lors de la désaffectation de la chapelle de Bossuet, ces reliques sont déposées solennellement le 21 janvier 1996 dans l’église de Brélévenez, sous une dalle mortuaire à leur nom, dans le transept nord21.

    Les actes (BMS) de Caouënnec sont signés Fs Rouzault prêtre dès le 29 juillet 179122.

    Le 9 février 1792, l’Assemblée Législative ordonne le séquestre des biens des émigrés et le 27 juillet elle décide leur mise en vente23 24; ces biens nationaux sont dits de seconde catégorie.

    Dans l’argenterie envoyée à l’hôtel des monnaies à Nantes par application de la loi du 10 septembre 1792, état du 1er décembre 1792: provenance de Caouënnec, une croix, un encensoir, sa navette, sa cuillère, un plateau et un oiseau 18 marc 3 onzes 6 gr25.

    En 1793, la population de Caouënnec est de 506 habitants26.

    Les Registres Paroissiaux (Baptêmes Mariages Sépultures) de Caouënnec s’arrêtent le 19 aout 1792 et laissent place à l’Etat-Civil (Naissances, Mariages, Décès) dont le premier acte à Caouënnec est daté du 6 janvier 179327.

    Les actes d’Etat Civil sont rédigés au nom de l’Officier Public Membre du Conseil Général de la Commune de Caouënnec, puis à partir du 6 vendémiaire an V (27 septembre 1796) par l’adjoint ou un agent municipal de la Commune de Caouënnec.

    Le Calendrier républicain est calé sur le 22 septembre 1792 qui devient, a postériori, le premier vendémiaire an I; mais il ne rentre en application que le 24 octobre 1793; à Caouënnec, le premier acte d’Etat Civil daté en utilisant le calendrier révolutionnaire est du 14 nivose an II (3 janvier 1794)28.

    Les agents municipaux (officiers publics ?) chargés de l’Etat Civil sont Rolland Le Bihan, Jean Goasdoué (adjoint), Olivier Le Bourdonnec et Tugdual Savidan.

    Les actes d’Etat Civil sont manuscrits, longs et pleins de redondances engendrées par les formules imposées par les révolutionnaires, pleins de fautes d’orthographe. Par exemple les actes de décès comportent 5 lignes d’entête toujours identiques et citent trois personnes (parents out témoins) 3 fois (ont comparu.., déclarent.. signent…); en contre partie ces actes précisent l’âge et le métier de chaque personne citée, ainsi que le lieu-dit où habite l’intéressé.

    Le premier messidor en II, le cadavre de Joseph Le Guillou est découvert noyé sous le pont d’Albin29.

    La commune de Caouënnec est dans le canton de Prat de l’an III à l’an VII (environ 1795 à 1799)30.

    Le 8 vendémiaire an IV (30 septembre 1795), François Le Scour, âgé de 31 ans, ouvrier agricole, époux de Marie-Anne Le Billou, est frappé; il décède le 10 et le juge de paix du Canton de Prat établit un procès verbal d’assassinat le 11 du même mois31.

    Le 29 brumaire an IV (20 novembre 1795), un cadavre de soldat est trouvé dans le verger dépendant du Convenant Catherine Lavéant; il est pendu par son mouchoir de col, vêtu d’un uniforme de canonnier national et reconnu être de la Compagnie du Cabiten (capitaine) Jamard en garnison à Lannion32.

    Le 23 pluviose an V (11 février 1797), un incendie détruit tous les édifices de Convenant Colven-Izellan appartenant à Jean Rouzault âgé de 48 ans ; la jeune fille Louise Phelipe, fille de Briac Philipe et de Françoise Rouzault, âgée de 14 ans est étouffée et consumée en grande partie par la fougue de l’incendie ; cet incendie provoque aussi la mort de Françoise Martin, veuve de François Rouzault, âgée de 79 ans au Convenant Colven-Creis situé près du Convenant incendié33.

    En effet dans le cadastre napoléonien, le Colven comporte 3 groupes de bâtiments : autour de la parcelle B147 (ancien Colven-Huellan) au nord, autour de B131 (Colven-Creis) au milieu et dans B92, 97, 124, 125 (Colven-Izellan) au sud.

    Les biens nationalisés ont deux origines 34 :

    Un seul bien nationalisé d’origine ecclésiastique est vendu à Caouënnec35 :

    Le 12 prairial an VIII (1er juin 1800), le Convenant Bihan, provenant de la chapellenie de Kerguéréon, est vendu 680 francs à Rouxel qui agit pour François Le Bonniec et Jacques Michel de Cavan.

    Le 27 prairial an III (15 juin 1795), la Convention vote une loi qui fixe la mise à prix d’un bien national à 75 fois le revenu annuel de 179036 37.

Examinons maintenant la liste des domaines d’émigrés vendus comme Biens Nationaux38 :

Le 4 messidor an III (22 juin 1795):

    1. La Grande métairie de Coat Eloury est vendue 58000 livres à Louis Even de Lanvézéac.

Le 24 thermidor an VI (11 aout 1798):

    1. Le lieu de Coat Loury (et dépendances) est vendu 99000 francs à Le Cardinal agissant pour Louis Even et Anne Le Roux de Caouënnec.

Le 8 ventôse an VII (26 février 1799) :

    1. Le Moulin de Runaudren est vendu 18200 francs à Desjars qui agit pour Jean-Joseph-Nicolas Baudouin de Saint-Brieuc;
    2. La Grande maison Rosily vendue 700 francs à Charles Le Bihan de Saint-Brieuc;
    1. Le Moulin du Cosquer est vendu 102 000 francs à Baudouin qui agit pour François Le Bruno meunier demeurant en la paroisse de Caouënnec.


Le 14 floréal an VII (3 mai 1799) :

    1.  Le lieu de Runaudren est vendu 2375 francs à Despoiriere qui agit pour Daniel Hyacinthe Epiphane Brichet de Lannion,
    2. Le lieu de Kermarquer est vendu 2100 francs à Joseph Le Saux agissant pour Jacques Pasquiou de Lannion et pour Olivier Le Bourdonnec de Caouënnec, 
    3. Convenant Keralliou est vendu 2875 francs à Rouxel qui agit pour Tugdual Savidan,
    4. Convenant Kergaradec est vendu 1550 francs à Jacques Pasquiou qui agit pour Daniel-Hyacinthe-Epiphane Brichet, 
    5. Convenant Kergaradec Izellan est vendu 1525 francs à C.Geffroy de Lannion, 
    6. Convenant Kerglazarec –Huellan est vendu 1465 francs à Le Saux de Lannion qui agit pour Antoine Bézien de Lannion, 
    7. Convenant Bian-Kerbizien est vendu 1205 francs à Jacques Pasquiou qui agit pour Daniel Hyacinthe Stéphane? Brichet de Lannion, 
    8. Convenant Richard est vendu 1225 francs à Baudouin de Saint-Brieuc qui agit pour Jean Goasdoué de Caouënnec, 
    9. Convenant Keravoelou est vendu 1310 francs à Vincent-Joseph-Marie Jehanne de Rennes,
    10. Convenant Lavéant est vendu 1145 francs à Jacques Pasquiou qui agit pour Daniel Hyacinthe Epiphane Brichet;
    1. Cosquer Huellan est vendu 1100 francs à Yves Le Saux qui agit pour Antoine Bézien de Lannion.


Le 15 floréal an VII (2 mai 1799):

    1. Convenant Le Bihan est vendu 825 francs à Toudic qui agit pour et Daniel Hyacinthe Epiphane Brichet.


Le 16 messidor an VII (4 juillet 1799) :

    1. Convenant Poularel est vendu 460 Francs à Jean-Michel Despoiriers de Saint-Brieuc.


Le 11 prairial an VIII (31 mai 1800) :

    1. Convenant Le Bris-Kervisien est vendu 930 francs à Jehanne pour Pierre Le Houerou de Caouënnec, pour Yves Toudic marié à Françoise Le Guern de Caouënnec et pour Yves Le Luron marié à Jeanne Toudic de Quemperven,
    2. Parcou-Pen-an-Liors39 est vendu 250 francs à Jehanne,
    3. Convenant Monbré est vendu 100 francs à Jehanne pour Maurice Derriennic cultivateur à Rospez et pour Jacques Rouzault de Tonquédec,
    4. Parcou Trébedanou40 est vendu 600 francs à Jehanne pour Marc Rouzault, fils de Jean-François Rouzault, et Yves Le Houerou de Rospez,
    5. Convenant le Carpont et le Pré de Poulbaron sont vendus 200 francs à Jehanne.


Le 12 prairial an VIII (1 juin 1800) :

    1. Parc-an-Cornec41 vendu 200 Francs à Jehanne, 
    2. Convenant Le Flem est vendu 805 francs Rouxel qui agit pour Le Houerou de Caouënnec,
    3. Parc-an-Groas42 est vendu 225 francs à Rouxel qui agit pour Jacques Le Quéré de Caouënnec,
    4. Convenant Perrin (sic) est vendu 805 francs à Rouxel qui agit pour Guillaume Thomas de Caouënnec,
    5. Convenant Unvoaz est vendu 1000 francs à Jehanne,
    6. Convenant Crechalliou et Parc-Mari sont vendus 905 francs à Rouxel qui agit pour Maurice Derriennic de Rospez et Jacques Rouzault de Tonquédec,
    7. Convenant Lascornec est vendu 420 francs à Rouxel qui agit pour Pierre Le Houerou de Caouënnec ;
    1. Convenant Colven ou Bahic est vendu 415 francs à Yves Allain cultivateur à Perros-Guirec,
    2. Convenant Le Bris ou Jannou est vendu 620 francs à Rouxel qui agit pour Jean Goasdoué cultivateur à Caouënnec,
    3. Convenant Goasourès est vendu 2175 francs à Jehanne,
    4. Convenant Keranhars est vendu 405 francs à Rouxel qui agit pour Marc Rouzault cultivateur à Pommerit-Jaudy,
    5. Manoir du Cosquer est vendu 2400 francs à Jehanne.


Le 25 avril 1808 :

    1. Convenant Kerjanégan est vendu 2025 francs à Louis-François Rouxel de Saint-Brieuc qui agit pour Marc Rouzault cultivateur à Pommerit-Jaudy et pour Henry Rouzault cultivateur à Tonquédec ; ces deux personnes (dites cordonniers ?) semblent être les fils de François Rouzault44 et être locataires (colons) des lieux avec bail depuis les 18 avril 177145.


Synthèse de la vente des biens nationaux à Caouënnec :


Profil des procurateurs46 :

Par ordre alphabétique, à Caouënnec, il s’agit de :

    Ces procurateurs, parfois regroupés en société ou association (Desjars, Le Saux), sont des spéculateurs, ils disputent les enchères, achètent de nombreux biens (grands domaines, moulins, chapelles) et sont parfois frappés de déchéance sur des lots suite à non paiement (exemples Baudouin, Jehanne, Le Saux).

Profils des acheteurs 49:


    L’analyse de l’Etat Civil des acheteurs confirme les liens de parenté entre les personnes qui se regroupent pour acheter un même bien. Par exemple :


    Le 3 germinal an VIII (24 mars 1800), Marc Rouzault cultivateur âgé de 75 ans, veuf de feue Jeanne Kernivinen, et Jeanne Rouzault (sa sœur) âgée de 73 ans veuve de feu Guillaume Le Houerou, domiciliées au Convenant Catherine Lavéant, sont assassinés dans leur demeure (procès verbal du 4 germinal)59 ; les frère et sœur assassinés sont enfants de Marc Rouzault colon à Kerjanégan ; Maurice Derriennic, époux de leur nièce, assiste au constat de décès.

    Les neveux des assassinés, Jacques Rouzault et Maurice Derriennic, achètent en bien national Convenant Monbré le 11 prairial an VIII (31 mai 1800) et Convenant Crechalliou le 12 prairial an VIII (1er juin 1800).

Maires de Caouënnec60 :


    Le nombre de décès est élevé en l’an V (24 décès) et en l’an VIII (20 décès) ; en l’an V, ces décès résultent probablement d’une épidémie car plusieurs personnes de la même famille décèdent successivement.

    Les actes de décès de l’Etat-Civil, pendant la Révolution, nous renseignent sur les métiers exercés par les habitants  à savoir : cultivateurs, tisserands, aubergiste, boucher, charpentier, menuisier, ménager, domestique, tonnelier, meunier, tailleur, fileuse, maréchal (ferrant), bourrelier.

    Ainsi dans cette période troublée les activités continuent à Caouënnec.


Notes : 

1 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, source Archives Nationales

2 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912, p77

3 E.Mazé « La Révolution dans le Trégor », 1988, p226

4 Régis de Saint-Jouan « Dictionnaire des communes_ département des Côtes d’Armor » 1990, p17

5 H.Le Goff « La Révolution dans le Trégor », 1988, p43

6 Régis de Saint-Jouan « Dictionnaire des communes_ département des Côtes d’Armor » 1990, p143

7 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, L.Dubreuil, Lannion Républicain, 30 aout 1958

8 A. Du Chatelier « Histoire de La Révolution en Bretagne 1788-1792 », 1977, t1, p140 à 146

9 Roger Dupuy « La Bretagne sous la Révolution et l’Empire » 1789-1815 », 2004, p57 à 64

10 AD22 Registres Paroissiaux BMS de Caouënnec

11 A.Lemasson Manuel pour l'Etude de la persécution religieuse dans le département des Côtes du Nord durant la Révolution Française" publié en 1926 en 2 volumes, T1 p258

12 H.Le Goff « La Révolution dans le Trégor », 1988, p64

13 A.Lemasson Manuel pour l'Etude de la persécution religieuse dans le département des Côtes du Nord durant la Révolution Française" publié en 1926 en 2 volumes, T1 p91 et 92

14 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, « Etat nominatif des ecclésiastiques ayant prêté au 2 avril 1791, dans le département des Côtes du Nord, le serment prescrit par la loi du 26 décembre 1790 », source I, 9 ? (qui fait ici probablement référence à Lemasson)

15 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, source I, 25 ?

16 AD22 Registres Paroissiaux BMS de Coatréven

17 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, source « Le diocèse de Saint-Brieuc pendant la période Révolutionnaire, t2 page 425

18 AD22 Registres Paroissiaux BMS de Caouënnec

19 H.Le Goff « La Révolution dans le Trégor », 1988, p96 à 99

20 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, pages 164 à 166

21 Jean-Yves Marjou « Histoire des sœurs de La Retraite à Lannion ».

22 AD22 Registres Paroissiaux BMS de Caouënnec

23 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912, p167

24 E.Mazé « La Révolution dans le Trégor », 1988, p231

25 Y.Briand « Notes sur Caouënnec, d’après AD44 Q505/1 », collection Jean-Jacques Lartigue

26 Y.Briand « Notes sur Caouënnec », collection Jean-Jacques Lartigue, source Annales de Bretagne, 1925, page 491

27 Archives départementales, Registres d’Etat Civil, décès à Caouënnec

28 Archives départementales, Registres d’Etat Civil, décès à Caouënnec

29 AD22, Registres d’Etat Civil

30 AD22, Registres d’Etat Civil

31 AD22, Registres d’Etat Civil

32 AD22, Registres d’Etat Civil

33 AD22, Registres d’Etat Civil, décès

34 AD22 20G34

35 AD22 1Q1/27

36 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912, p210

37 E.Mazé « La Révolution dans le Trégor », 1988, p234.

38 AD22 1Q2/71

39 Cadastre napoléonien parcelles A544 et 545 ou A370, 373 et 374

40 Nom de parcelle pas trouvé dans le cadastre napoléonien

41 Cadastre napoléonien parcelles A377 et A378

42 Dans le cadastre napoléonien, 4 parcelles portent le nom Parc-an-Croas (A74, A75, B108 et B680)

43 Voir pages sur la Seigneurie de Coatanlan-Kerjanegan

44 Voir pages sur Cavan-Caouënnec sous l’Ancien-Régime

45 AD22 1Q2/71 contient l’inventaire, fait le 27 octobre 1807, des édifices (environ 21 dont 6 maisons ; l’une de ces maisons est la maison à four, une autre la maison à texier) et des parcelles de terre (environ 28 dont 2 étangs dont l’une contenant trois douets à laver et une autre parcelle une autre contenant un douet à rouir)

46 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912

47 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p183

48 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p183

49 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912

50 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912, pages 392 et 393

51 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p129 à 130

52 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p184

53 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p132, 185

54 AD22 Etat Civil de Caouënnec, décès de son fils le 25 thermidor an XI

55 Pierre de La Haye et Yves Briand « Histoire de Lannion » 1974, p184

56 AD22 Etat Civil Caouënnec, décès de son fils le 13 nivose an VII

57 L.Dubreuil « La Vente des Biens Nationaux dans le département des Côtes du Nord », 1912, page 382 et 385

58 L.Dubreuil « La vente des biens nationaux dans le Département des Côtes du Nord (1790-1830) » 1912, p72 à 74

59 AD22 Etat Civil Caouënnec

60 J.Gaultier du Mottay « Géographie départementale des Côtes du Nord » 1862, p590

61 AD22 Etat Civil Caouënnec